Ecole Française de Việt Võ Đạo Cửu Môn

ET STYLES AFFINITAIRES

Actualités

Fête du Têt 2018

Nouvel an Vietnamien



--------------------------------


LE TRESOR PARTAGE

 

La vocation d’un maître est de développer son école afin de faire connaître et transmettre l’art au plus grand nombre et faire en sorte qu’il perdure.

« A quoi bon emmener avec moi tout ce que je sais dans le tombeau », disait Maître Phú. Ce développement ne peut s’effectuer que par la formation de disciples. 

L’image du trésor partagé

Le maître dit à un disciple : « je vais te confier un mouvement. » 

L’élève, très fier, va le travailler, chercher à le développer. Le maître sera là pour le corriger et l’aider à tendre vers la perfection. Mais en fait, très souvent, le maître a confié ce même mouvement en même temps à plusieurs disciples. Ainsi, de par la personnalité, la sensibilité de ceux-ci, plusieurs mouvements vont naître. C’est la transcription par l’artiste de ce qu’il a perçu par l’esprit.

Celui qui a suivi un vrai maître de nombreuses années sait que son enseignement évolue sans cesse.

L’élève n’ayant pas la patience et surtout l’intelligence, très souvent se détache du maître car il ne le comprend pas. « Ca change tout le temps ! » se plaint-il. Il passe ainsi à côté de l’essentiel et n’évolue pas. Tels les musiciens n’interprétant jamais à l’identique la même partition, les maîtres d’arts martiaux cherchent sans cesse, ils personnalisent leur travail. Sans évolution, l’art disparaîtrait.

Un maître authentique est celui qui forme des hommes libres. Chaque homme a sa valeur propre.

Les maîtres sont des exemples à suivre mais surtout à ne pas imiter.

 « Il en est chez les hommes comme des vagues de la mer, chaque vague est bien individualisée. La première n’est pas la seconde laquelle n’est pas le troisième mais elles sont toutes des ondulations de la même eau. » (Chu Hy)

Extrait du livre « La voie des 9 principes » de André Gazur